Histoire de la FCPE

Jean Cornec

Bientôt 60 ans de militantisme parents…

A la fin de la seconde guerre mondiale, le S.N.I. (Syndicat national des instituteurs) et la Ligue de l’enseignement mettent en place dans les écoles des “conseils de vigilance” de parents pour éviter que ne se perpétuent les dérives apparues sous le régime de Vichy.

Le 26 mars 1947 est créée la fédération des conseils de parents d’élèves. Elle n’est à cette époque présente que dans l’enseignement primaire, quant aux deux organisations fondatrices, elles sont membres de droit de son conseil d’administration.

C’est en 1951 que parait la revue “Pour l’enfant vers l’homme”, en 1990 elle deviendra “La Revue des parents” et son abonnement sera couplé à l’adhésion à la fédération. L’année scolaire 1959-60 sera une année importante pour trois raisons principales.

En Octobre 59 la Fédération gagne son indépendance en quittant les locaux de la Ligue de l’enseignement et en s’installant rue Villersexel. Le 31 décembre 1959 la loi Debré sur l’enseignement privé est votée, c’est le prototype de tout ce que combat la F.C.P.E. depuis sa création. Et finallement, en partie en réponse à la loi Debré, lors du congrés de Limoges (4, 5 et 6 juin 1960), mais aussi pour renforcer son implantation, la Fédération décide d’étendre ses compétences aux établissements du second degré et technique.

Pendant “les événements de mai 68″, la F.C.P.E. jouera de son influence pour calmer les esprits notamment le 6 mai par un appel au calme envoyé au gouvernement et aux étudiants et le 10 mai lors d’une rencontre avec le ministre de l’éducation d’alors Monsieur Alain Peyrefitte.

En 1970 les statuts sont modifiés et la Ligue et le S.N.I. ne sont plus membres de droit de conseil d’administration mais invités. La Fédération atteint sa majorité avec cette indépendance à une époque où ses effectifs sont presque au sommet avec 1 200 000 adhérents.

En 1974, à Carcassonne, la F.C.P.E. met en chantier son “projet d’école”. Les années suivantes verront quelques points noirs avec en 1975 l’adoption de la loi Haby et en 1984 le rejet de la loi Savary.

Durant l’année 1986, les parents soutiendront les étudiants dans leur lutte pour l’abrogation de la loi Devaquet. Le congrés de Besançon de 1987 adopte le “projet éducatif” de la F.C.P.E. qui place l’enfant au coeur du dispositif éducatif.

Le 10 juillet 1989, la loi d’orientation sur l’éducation de Lionel Jospin renforce la représentativité des parents dans le système et consacre l’introduction des cycles pour tenir compte des rythmes des enfants.

Le congrés de 1993 ouvre la fédération aux parents d’enfants en apprentissage et l’année scolaire 93-94 laissera le souvenir de la manifestation du 16 janvier 94 où plus d’un million de parents rappelleront au gouvernement qu’il ne faut pas faire n’importe quoi avec la loi Falloux.

1997, la F.C.P.E. adopte son nouveau projet éducatif pour préparer l’entrée dans le XXI ème siècle.