Je voudrais aujourd'hui vous narrer ce qu'il m'est arrivé ce matin, anecdote révélatrice de la situation spécifique à Maisons-Alfort en matière de cantine.

D'abord, il faut préciser que c'est l'une des rares municipalités à refuser l'inscription d'enfants dont l'un des deux parents ne travaille pas (ce qui est tout de même près de la moitié des parents si l'on regarde les statistiques nationales).

Par ailleurs, il faut bien dire que c'est un sacré paradoxe car quand une famille n'a qu'un seul salaire comme revenu, généralement elle n'a pas les moyens de préparer de bons petits plats équilibrés à ses enfants, et ceux-ci avalent parfois n'importe quoi quand ils rentrent chez eux le midi.

Certes, j'ai commis l'horrible forfait d'avoir dépassé les délais pour inscrire mes enfants à la cantine, ou plutôt pour me rendre à la mairie apporter les justificatifs (quoique le "rappel " n'ait été fait que... le lendemain de la date butoir, à savoir le vendredi 16 octobre.

En tous cas j'ai dû prendre un RTT pour me rendre à la mairie ce matin, et savez-vous ce que l'on m'a répondu, lorsque j'ai suggéré naïvement d'une part de laisser TOUS les enfants aller à la cantine (parfois pour être avec les copains et copines et ne pas les couper de certains groupes privilégiés qui se forment à cette occasion et donc pour leur épanouissement personnel) mais aussi de reconduire automatiquement chaque année l'autorisation du moment qu'elle a été délivrée une fois au moins.

Eh bien, l'on m'a rétorqué (sans rire) que "la situation des parents pouvait changer et que certains pouvaient se retrouver au chômage" (sic) ! Il est vrai que la crise financière a précipité de nombreux français dans le chômage économique, mais alors on appliquerait à ces personnes la "double peine" en les privant du droit d'inscrire leurs enfants à la cantine de leur école, les stigmatisant encore un peu plus (je vois déjà le topo entre les enfants "ah, tu ne viens plus à la cantine? Et pourquoi, ta maman (ou ton papa) ne travaille plus"  ? Et l'on nous fait croire que c'est parce que ces gens là profiteraient d'un système ? Mais à qui profite-t-il ? N'est-ce pas plutôt pour des raisons uniquement économiques (la mairie craint que les parents soient devenus insolvables pour leurs enfants mis à la cantine?

Ou alors, la mairie fait-elle preuve d'une discrimination envers les femmes, en pensant que leur rôle est de faire à manger à leurs petits (puisqu'elles restent à la maison, c'est qu'elles n'ont rien à faire d'autre)" ?
Mais ces gens-là ne comprennent pas que même une femme au foyer peut avoir envie, de temps en temps, de mettre ses enfants à la cantine, pour souffler un peu, et aussi pour que ses enfants s'adaptent à ce monde de la vie en collectivité en miniature ?

De plus, un chômeur n'est pas forcément inoccupé puisqu'il recherche du travail, ce qui peut l'obliger à s'absenter pendant la journée, et dans ce cas on voudrait l'obliger à prendre une baby-sitter alors qu'il n'en a pas les moyens ?

Et puis, pour reboucler avec le début de mon histoire et le fait que l'on me redemande tous les ans les mêmes papiers (livret de famille, fiches de paie, carnets de santé, quittance d'électricité ou d'EDF et avis d'imposition...) pourquoi la mairie ne s'adresse-t-elle pas tout simplement au.... registre des impôts, puisque c'est précisément à cet organisme collecteur que l'on envoie les règlements pour la cantine ?

L'administration fiscale ne dispose-t-elle pas déjà de tous ces renseignements ? Cela va-t-il dans le sens de la simplification des procédures administratives ou de la modernisation de l'état, ou tout simplement de la cohérence et l'efficacité (sans parler des aspects écologiques pour toute cette paperasse).

Pour conclure, ce système est non seulement inique mais inefficace, et au lieu d'insinuer que j'ai eu l'outrecuidance de me pointer en retard pour inscrire mes enfants à la cantine scolaire (et sous entendu "parent indigne"), n'est-ce pas plutôt le système lui-même tout entier qui est à revoir ?

Le coût de fonctionnement des inscriptions aux cantines scolaires n'est-il plus important pour la collectivité (avec tout ce maniement de paperasse) que s'il était automatique et ouvert à tous (voire gratuit pour les plus démunis)...?

Qui se livre à ce type de calculs ?

Bref, tout ceci pour dire que j'ai peut-être fait un "acte manqué" comme disent les psy pour la date des inscriptions, mais le système est compliqué, voire kafakaïen et surtout profondément injuste !

Une parent d'élèves en colère

PS: j'oubliais de rajouter, que dans sa grande bonté, la mairie a accepté de réouvrir ses guichets pour une journée (preuve que je ne dois pas être la seule à avoir fait cet "oubli") le 5 novembre prochain, mais surtout.... chut ! ne le dites à personne, cette information n'est publiée nulle part, sauf.... à la mairie, au guichet en question, pour les retardataires  !

Question : la mairie va-t-elle, d'ici là, priver mes enfants de manger le midi ?