CDPE Val de Marne, le 09 octobre 2007

LE DROIT A L’ECOLE POUR TOUS

Jeudi 20 septembre 2007, une délégation FCPE départementale constituée de son président, vice-président du premier degré, vice-président du second degré et trois administrateurs, a été reçue suite à une demande d’audience à l’Inspection Académique pour faire le point sur la rentrée scolaire.

Une question a été évoquée suite à la diffusion dans certaines écoles de Maisons-Alfort d’un document proposant des cours de langues payants « Mini-Schools » (distribution dans les cahiers de correspondance à la demande de la PEEP).

L’Union Locale FCPE de Maisons-Alfort avait déjà alerté l’inspecteur d’Education Nationale de la 20ème circonscription par courriel relatant les faits et lui demandant  de préciser la position de l’Education Nationale. Voici donc la réponse qu’il nous avait communiquée par retour de courriel :

« Pour faire suite à votre question, et après avoir reçu le document en question, je ne considère pas qu'il y ait matière à m'opposer à sa distribution.

Ces documents, qui sont de la seule responsabilité des associations, doivent respecter le principe de laïcité, ..., de propagande en faveur d'un parti politique ou d'une entreprise commerciale.» 

A la question posée par la délégation, Monsieur Jouault, Inspecteur de l’Académie de Créteil a répondu sans équivoque. Il est interdit de distribuer des papiers à caractère commercial dans les écoles. Monsieur l’Inspecteur nous a dit avoir envoyé une lettre de rappel à l’ordre au président de la PEEP, en réponse à cette dérive. Nous supposons que depuis, l’Inspecteur de la 20ème circonscription s’est rallié à l’avis de l’Inspecteur d’Académie.

Il n’est pas dans la vocation d’une fédération de parents d’élèves de proposer des cours payants au sein même de l’école pendant les heures scolaires. Où est la laïcité ? C’est à l’école d’assumer son rôle éducatif, et non à des entreprises commerciales extérieures de s’y substituer. L’école n’est pas à vendre, elle a le devoir de donner les mêmes droits de réussite à tous les enfants, pour le respect et l’intérêt des élèves. Quelles que soient les motivations, n’aggravons pas la fracture sociale déjà existante.

La FCPE 94, soucieuse de l’intérêt de tous les enfants, ne sera pas partie prenante d’une démarche d’école à deux vitesses.

Nous serons toujours présents pour défendre les valeurs de l’école laïque et gratuite pour tous.

                              

Alain Buch, Président FCPE Val de Marne 

Alain PIAUGEARD, Vice-Président FCPE Val de Marne

Dominique MENNESSON, Administrateur FCPE Val de Marne